Version imprimable

Qui es-tu, poète ?

Prénom : Gérard

Nom : Trougnou

Pseudo : aucun

Sexe : M ou F (je ne sais plus ! mais c'est bien sûr ! masculin, sinon je m'appellerais Géraldine...)

Signe particulier : aucun

Lieux de maraude favoris : tout ce qui approche la poésie

Exploits poétiques : créateur et animateur de La Cave à Poèmes

Sa poésie, selon Nicole Durand :
Témoin d'une époque tyrannisant les rêves, les désirs et les âmes, Gérard Trougnou apparaît comme le baladin des déroutes quotidiennes, des luttes pour respirer, des engagements pour tenir le coup.

Vivante et puissante, sa poésie va de la confidence au cri, de l'appel au chant, elle est émotion nue et vibrante, expression d'une urgence aussi réelle que la joie, la souffrance, la rage, dans une langue véhémente surgie des profondeurs du corps dont la résonance survit à l'état de sensibilité qui l'avait suggérée.

Les titres sont révélateurs, de « La mort pour Pardon » à « La chanson d'un p'tit gas », des « Serres de la déchirure » aux « Verbiages de fin de siècle », la gouaille succède à la tendresse, la raillerie cache l'angoisse, le réel se mêle au rêve.

Tantôt fougueuse révolte, style vif et coloré, parole drue et rugueuse à l'instar du Richepin de la Chanson des Gueux - ne craignant pas quelque audacieuse incursion dans la langue populaire - tantôt lyrique nostalgique, proche du « Pierrot » de Jules Laforgue, découragé devant les ironies cruelles du destin qui frappent les faibles, accablé devant la fatalité toute puissante, déçu par la vie dérisoire et impitoyable.

Pour Gérard Trougnou, la poésie est la compagne favorite, libre, débordante de vie ; en habit de guerre ou de lumière, elle est de tous les combats, défaite ou en lambeaux, elle chante toujours, sensuelle, généreuse, elle seule sait consoler, et, par temps de disette, elle a toujours un cœur d'enfant.

Dixit Nicole Durand, le 5 janvier 2004,
à la Société des Poètes Français dans le cadre d'une séance du « Sablier des Poètes ».

En décembre 2007, dans sa rubrique « Actualités », le site de la ville d'Aubervilliers a publié un article retraçant l'itinéraire de Gérard.

Avril 2008. Gérard lance un nouveau site personnel. On y trouvait notamment des photos prises depuis 1994 à la Cave. C'est à partir de certaines d'entre elles que Gérard a réalisé ses montages pour notre site.

Gérard s'intéresse de plus en plus à la photo.
En 2016, il crée un blog accueillant au fur et à mesure ses créations sur divers sujets.

Œuvres publiées en autoédition :
La Mort pour Pardon (1986) avec préface de Jean-Pierre Rosnay et postface de Bruno Lavillatte
Poèmes à ne pas dire (1993)
Poèmes sur cassette audio enregistrés lors du spectacle « La Poésie va bien merci !... » : Les serres de la déchirure (1995), Les copines (1996), La chanson d'un p'tit gas (1997), Verbiage de fin de siècle (1999)

Poèmes édités sur Internet
site "Poésie française" de Webnet.

Recueil édité aux Éditions Thierry Sajat
EN VRAC, anthologie personnelle (juin 2014)
-> Lire le poème écrit par Gilles Roca lors de la soirée de présentation du recueil.

 

Lire les poèmes